Comment mesurer les rejets de sédiments des continents vers les océans ?

Une nouvelle application de la gravimétrie spatiale

a) Modélisation de la distribution des sédiments (10 µm) déposés annuellement par le Yangtze à son embouchure. b) Signal GRACE (

L'accélération récente de l'extraction de sable à des fins anthropiques (pour le secteur économique de la construction notamment) menace la durabilité de cette ressource majeure... et indispensable. A l'origine de la ressource, l'érosion continentale et le transport fluvial, qui produisent du sable et des sédiments, manquent cruellement de quantification à l'échelle mondiale. Une équipe internationale dans laquelle on retrouve Maxime Mouyen, Laurent Longuevergne, Philippe Steer, Alain Crave et Cécile Robin de Géosciences Rennes, Jean-Michel Lemoine du CNES à Toulouse et Himanshu Save du Center for Space Research (University of Texas) propose dans un article paru en août 2018 dans Nature Communications une nouvelle méthode géodésique pour mesurer les flux de sédiments des plus grands fleuves du monde vers les océans.

Voir la suite sur le site de l'OSUR

Et aussi sur l'INSU