Projet IMPRO IMpact du sédiment sur les PROliférations de macroalgues sur vasières

Un projet animé par le CRESEB
Projet IMPRO de CRESEB

[Source : CRESEB]

Le projet IMPRO vise à une meilleure connaissance de la contribution des flux sédimentaires aux proliférations des macroalgues sur vasières, pour répondre aux questions posées par l’Agence de l’eau Loire Bretagne et les territoires de SAGE impliqués par la Disposition 10A-2 du SDAGE Loire-Bretagne. Le Creseb a porté la concertation entre les scientifiques et a impulsé la construction de ce projet ainsi que l’échange avec les territoires concernés. Le CoPil final s'est tenu le 24 juin 2022.

 

La Disposition 10A-2 du SDAGE Loire-Bretagne 2016-2021 prévoit l’initiation d’études d’identification de l’origine des apports d’azote, et notamment la part issue du relargage sédimentaire, sur les sites de vasières contribuant au déclassement des masses d’eau au titre des marées vertes.

La bibliographie (ainsi que les études réalisées par le CEVA sur des systèmes vaseux (Golfe du Morbihan, Ria d’Etel et Rade de Lorient)) montrent que, si les apports d’origine terrigène sont les premiers contributeurs dans l’alimentation en azote dissous de la marée verte, le compartiment sédimentaire peut contribuer dans des proportions non négligeables au bloom d’algues vertes mais peu de données permettent de quantifier ce rôle dans les vasières bretonnes.

En 2018, le Creseb a coordonné un groupe de travail regroupant des scientifiques de différentes structures de recherche (IFREMER-Dyneco, Osur Rennes Géosciences et Ecobio, CEVA, Univ. Bordeaux) pour faire un point sur l’état des connaissances sur le rôle du sédiment dans les proliférations de macroalgues, plus spécifiquement en Bretagne.

Ces travaux ont abouti à la proposition du projet scientifique IMPRO dont la coordination scientifique est assurée par Anniet Laverman (CNRS, ECOBIO), avec la collaboration de Laurent Jeanneau (CNRS, Géosciences Rennes). Il vise à acquérir de nouvelles données et connaissances locales sur la contribution des flux de nutriments (N, P) du sédiment aux proliférations de macroalgues et permettre in fine une meilleure prise en compte de la dynamique sédimentaire dans l’outil de modélisation EcoMARS-Ulve, développé par Ifremer et le CEVA depuis plusieurs années.

 

  • Début de projet : 2019
  • Durée : 2 ans
  • Porteurs : CNRS-Univ.Rennes1 (UMRs Ecobio-OSUR et Géosciences-OSUR), Univ.Bordeaux (UMR EPOC), IFREMER Brest, CEVA
  • Partenaires financiers : Région Bretagne, AELB

 

Les livrables et les principaux résultats sont disponibles sur le site du CRESEB.