Soutenance de thèse de Luca GUILLAUMOT

Comment modéliser les systèmes aquifères au sein du cycle hydrologique? Une approche "multi-observables" à différentes échelles

Résumé

Les aquifères permettent de stocker les pluies infiltrées et de les transférer avant de les restituer aux rivières et à l’atmosphère par l’évapotranspiration avec des temps caractéristiques du mois à plusieurs centaines d’années. Ils représentent ainsi une ressource en eau majeure pour l’homme et les écosystèmes. La prédiction de leur réponse aux pressions anthropiques et climatiques se heurte à deux difficultés majeures : (1) la faible densité d’informations directes sur les milieux géologiques et leur grande hétérogénéité (2) la complexité des échanges entre surface et profondeur.
Dans cette thèse, nous étudions la signature des échanges surface-profond sur différents observables directs ou indirects (piézométrie, débit de rivière, déformation, évapotranspiration ...) et leur capacité d’informer des modèles hydrogéologiques simples. Nous nous appuyons sur des modèles à l'échelle locale (km) et continentale. Les deux approches illustrent un contrôle des flux à différentes échelles par la topographie, la géologie et l’hétérogénéité. Nous mettons en évidence la complémentarité de ces différents types de données pour mieux contraindre les processus d’échange entre surface et profondeur.