Soutenance de thèse de Vicky BOUÉNITELA

Le domaine paléoprotérozoïque (éburnéen) de la chaîne du Mayombe (Congo-Brazzaville) : origine et évolution tectono-métamorphique.

Résumé

Le domaine paléoprotérozoïque représentant la partie interne de la chaîne du Mayombe comprend des roches para et orthodérivées réparties en trois groupes distincts : Loémé, Loukoula et Bikossi.
L’analyse structurale des formations du domaine paléoprotérozoïque met en évidence une déformation compressive engendrée par les orogenèses éburnéenne et pan-africaine, qui se caractérisent respectivement par des raccourcissements NW-SE et NE-SW.
Le métamorphisme éburnéen est marqué par les paragenèses à grenat-biotite-plagioclase dans les groupes de la Loémé et de la Loukoula tandis que le métamorphisme pan-africain se traduit par des assemblages évoluant dans lefaciès des amphibolites dans le Groupe de la Loémé et dans le faciès intermédiaire à chlorite-albite-épidote dans le Groupe de la Loukoula. Le Groupe de la       Bikossi témoigne d’un métamorphisme monocyclique avec des assemblages à grenat-biotite-muscovite et grenat-chloritoïde-chlorite; ce dernier est stable entre 510-568°C et 8 kbar.
Les analyses géochronologiques ont permis de (i) contraindre l’âge de cristallisation des roches orthodérivées, (ii) tracer les sources des sédiments des roches paradérivées et (iii) dater les événements tectono-thermiques ayant affecté les unités du domaine paléoprotérozoïque. Les datattions U-Pb sur zircons ont mis en évidence l’existence de relique archéenne (2700-3000 Ma), un magmatisme éburnéen (2070-2040 Ma), un magmatisme post-éburnéen (925 Ma) ainsi que des perturbations néoprotérozoïque-cambriennes. Les analyses 40Ar-39Ar sur biotite, muscovite et amphibole situent l’événement tectono-thermique pan-africain entre 615 Ma et 496 Ma.