Arnaud Fontaine' seminar, INSR (University of Quebec)

Gold mineralization in a high-grade metamorphic context: the example of the Éléonore mine, Province of Superior, Quebec, Canada

Arnaud Fontaine

Abstract

La production aurifère canadienne se concentre dans les roches précambriennes. Dans la Province archéenne du Supérieur, lesgisements d’or orogéniques, sont généralement restreints aux ceintures volcano-sédimentaires aux faciès des schistes verts telles quela sous-province de l’Abitibi. Toutefois, les terrains de haut-grade métamorphique peuvent être localement fertiles tels que démontrés par les découvertes du district d’Hemlo et les gisements de Musselwhite et d’Éléonore. Ces gisements sont complexes menant à des modèles génétiques controversés. L’objectif de cette étude est de contraindre les évènements structuraux, métamorphiques etmagmatiques et leurs inuences respectives dans la formation et l’évolution des minéralisations aurifères du secteur. Les contraintes obtenues sur ces diérents processus et l’hydrothermalisme seront présentées et discutées à l’aide d’une approche multidisciplinaire incluant du terrain de surface et sous-terre, de la modélisation 3D, de la géochimie isotopique et de la géochronologie U-Pb.
Les minéralisations aurifères de la mine sont principalement encaissées dans des roches sédimentaires (<2714-2675 Ma), polydéformées et métamorphisées (5-6 kbars et 650°C). La description détaillée des minéralisations aurifères, la composition du minerai et de l’altération hydrothermale et les datations U-Pb (monazite et titanite) suggèrent que les minéralisations aurifères ont subi une évolution complexe où le minerai s’est formé, a été déformé et métamorphisé durant un épisode tectono-métamorphique de longue durée (entre 2640 et 2600 Ma). Ce dernier est associé à un front de migmatisation et la mise en place de pegmatites granitiques localement aurifères (2620-2600 Ma). Ces processus permettent une recristallisation assistée par la déformation du minerai à l’origine d’une redistribution de l’or et des métaux associés (p.ex., Ni, Co, Au, Te et Sb, Pb, Bi, Se, et Ag). Située à 15 km de la mine, le gîte de Cheechoo est localisé dans la partie sommitale d’une granodiorite réduite. Datée à 2612 Ma, cette intrusion est syn-tectonique et péné-contemporaine de l’âge des pegmatites d’Éléonore. Par analogie avec les gisements orogéniques hypozonaux et les systèmes aurifères associés à des intrusions réduites, les minéralisations aurifères du secteur représentent des systèmes hydrothermaux complexes dans un contexte régional dépendant d’un ux de chaleur provenant de la croûte profonde (contexte de type deep earlier). Bien que les caractéristiques primaires du système aurifère soient partiellement oblitérées, la présence d’un gradient métamorphique élevé, d’une frontière de sous-provinces ainsi que de roches sédimentaires parmi les plus jeunes de la région (<2675 Ma), sont des caractéristiques communes à de nombreux gisements d’or archéens.