Géochimie des Eaux et des Interfaces (GEI)

Objectifs

Les zones d’interfaces entre versants et réseau hydrographique constituent de véritables « hot spots » réactionnels dans les paysages. Comprendre les liens existant entre dynamique de l’eau, propriétés physiques et chimiques des sols, et processus réactionnels à l’interface eau-sol-biosphère est crucial. Les retombées évidentes visent la question clé de la protection des ressources en eau vis-à-vis des pollutions diffuses.

L’équipe GEI s’est spécialisée dans l’étude de la zone critique de la Terre au travers de recherches interdisciplinaires sur les processus et facteurs clés gouvernant le cycle, le traçage et le devenir des éléments traces métalliques (terres rares, arsenic…) et des composés organiques naturels et anthropiques dans les environnements de surface (eau, sol, bassin versant) et à leurs interfaces, y compris avec la microfaune, les éléments traces et composés considérés pouvant être sous forme dissoutes, colloïdales ou liés à des nanoparticules manufacturées.

Les démarches mises en oeuvre couplent des observations sur des sites de terrain instrumentés, des expérimentations en conditions contrôlées au laboratoire et de la modélisation numérique.

Schéma de la zone critique - © Emilie Jardé