Qu'est-ce qu'un bassin endoréique et pourquoi sont ils si importants ?

Image Google Earth - Landsat

Un bassin endoréique est défini comme une région dans laquelle de réseau de rivières (ou réseau de drainage) est complètement isolé de l'océan mondial: l'eau des rivières n'atteint jamais la mer. Encore très peu étudiées, ces régions représentent environ 20% de la surface des continents. Elles sont généralement situées dans des régions arides ou semi-arides et regroupent environ 50% des surfaces soumises à un stress hydrique.

Dynamique de stockage de l'eau dans les bassins endoréiques: en rouge les bassins qui perdent de l'eau, en bleu ceux qui en gagnent (d'après  Wang et al., Nature Geoscience, 2018, https://doi.org/10.1038/s41561-018-0265-7)

Quelques exemples emblématiques de ces régions sont la mer d'Aral en Asie centrale, le bassin du Kalahari en Afrique australe ou le paléo-delta du Niger dans le nord-ouest de l'Afrique. De par leur isolement, les bassins endoréiques représentent des géo-écosystèmes hors du commun, reposant sur un équilibre délicat entre climat, topographie, écologie et géologie. De fait, un changement même mineur de l'environnement peut modifier de manière dramatique l'équilibre fragile de ces “hot-spots” de biodiversité, notamment en contexte semi-aride ou aride. Ces événements de déstabilisation environnementale sont fortement suspectés d'être un facteur important de l'évolution des espèces (y compris humaines) et des sociétés. Toutefois, la cinétique de ces changements et l'influence respective de chaque facteur de forçage sur l'évolution des systèmes endoréiques et des écosystèmes qu'ils hébergent restent peu étudiées, notamment de manière intégrative. L'urgence à documenter et comprendre les processus qui régissent l'équilibre environnemental de ces zones fragiles est d'autant plus forte que ces données nous permettront d'anticiper les changements à venir, d'adapter les politiques de préservation des écosystèmes et d'évaluer les conséquences économiques de ces bouleversements. En effet, le destin tragique de la mer d'Aral a mis en évidence la fragilité à court terme des géo-écosystèmes endoréiques, et l'impact très fort sur leur équilibre des activités anthropiques associées au changement climatique.

Le déclin de la mer d'Aral au Kazakhstan et en Ouzbékistan. Le pompage de l'eau dans les rivières de l'Amu-Daria et du Syr-Daria pour satisfaire les besoins de l'agriculture (notamment la production de coton) a provoqué un assèchement quasi total de ce lac, autrefois la 4ème plus grande étendue d'eau douce au monde (Images Landsat).