Logo Geosciences

Partenaires

CNRS
Logo Rennes1
Logo OSUR
Logo Doc OSUR

Géosciences Rennes
UMR 6118
Université de Rennes1
Campus de Beaulieu
35042 Rennes Cedex

02 23 23 60 76



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Français > À la une > Hommage au Professeur Bor-Ming JAHN

Hommage au Professeur Bor-Ming JAHN

Le Professeur Bor-Ming JAHN nous a quitté brutalement le 01 décembre 2016 des suites d’une opération du cœur. Bor-Ming JAHN fut un membre de Géosciences Rennes entre 1976 et 2003, et était un trait d’union entre trois cultures, chinoise, américaine et française.

Bor-Ming JAHN naquit à Taïwan en 1940. Après avoir achevé ses études à la National Taïwan University en 1963, il s’est rendu aux USA pour son Master (Brown University, 1967) puis son Doctorat (University of Minnesota, Minneapolis, 1972) (Trace element and Sr isotope studies of the lower Precambrian rocks from the Vermilion district, northeastern Minnesota). Celui-ci fut immédiatement suivi par l’étude des premiers échantillons lunaires (des basaltes des missions Apollo 14 et 15), au sein de la NASA et du Lunar Science Institute, mais aussi par une réinterprétation de l’évolution géologique de la chaîne côtière à Taïwan. Ainsi se dessinaient deux caractéristiques de Bor-Ming JAHN : l’éventail des problèmes auxquels il était capable de s’intéresser, et la diversité des méthodes géochimiques mises en œuvre pour y répondre.

Bor-Ming JAHN est arrivé à Rennes en 1976, en tant que Professeur Associé au Centre Armoricain d’Etude Structurale des Socles (CAESS), à une époque où Jean Cogné et Philippe Vidal y développaient un laboratoire de géochronologie isotopique. Il est rapidement devenu Professeur Titulaire, et son attachement à sa fonction d’enseignant ne s’est jamais démenti. Bor-Ming JAHN y a en outre immédiatement impulsé le développement de l’analyse des éléments en traces, parmi lesquelles les Terres Rares. Sa curiosité se traduisit, au fil des ans, par la diversité de ses thèmes de recherche, et des doctorants (et souvent futurs chercheurs) qu’il a contribué à former.

Parmi ceux-ci, citons Catherine CHAUVEL (sur les basaltes alcalins du Massif central - 1982), Gérard GRUAU (sur les komatiites et l’évolution précoce de la Terre – 1983), Jean-Alix BARRAT (sur la géochimie des laves du NE de l’Afar – 1991), Henri CUVELLIER (sur la géochronologie des carbonates - 1992), Sylvain GALLET (sur les séquences loessiques d’Asie centrale – 1996), Valérie CHAVAGNAC (sur la géochimie des migmatites et des éclogites - 1998), et enfin Hongyan LI (sur la géochimie des roches de Ultra Haute Pression du Dabie Shan - 2003).

En 2003, Bor-Ming JAHN a quitté la France pour rejoindre Taïwan. Tout en poursuivant une recherche active, il dirigera notamment l’Institut des Sciences de la Terre de l’Academia Sinica à Taipei. Il était membre de l’Académie des Sciences à Taiwan. Il a aussi co-dirigé de 2007 à 2011 (avec Jacques Angelier) le premier Laboratoire International Associé entre la France et Taiwan. Bor-Ming JAHN était enfin Distinguished Chair Professor (NTU, Taiwan).

Au fil des années, Bor-Ming JAHN a développé un vaste réseau international de collaborateurs, au coeur des problématiques qui lui tenaient le plus : komatiites et manteau archéen, granites et croissance crustale, évolution géologique de l’Asie (Chine, Mongolie, …), loess et paléoclimat. Sur ces sujets, il écrivit plus de 250 articles ! Son rayonnement international était extrêmement important : il était Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques (2008), lauréat du Prix Prestwich de la Société Géologique de France (2013), Prix International de la Société Géologique du Japon (2014), Professeur Honoraire dans neuf instituts de recherche chinois, membres honoraires de plusieurs société académiques américaines et européennes, membres de nombreux comités éditoriaux de diverses revues, Editeur-en-Chef du Journal of Asian Earth Sciences, etc..

Après son départ, Bor-Ming JAHN nous a rendu visite à plusieurs reprises, et était resté attaché à Rennes. Nous nous souviendrons que Bor-Ming JAHN était un travailleur acharné, qui apporta beaucoup à Géosciences Rennes, mais qu’il savait aussi trouver quelques moments de relâche, en particulier lorsqu’il jouait au tennis, une passion qu’il cultiva tout au long de sa vie de chercheur.

Lao JAHN, disaient parfois ses amis chinois, pour témoigner de leur respect à un vénérable aîné.