Logo Geosciences

Partenaires

CNRS
Logo Rennes1
Logo OSUR
Logo Doc OSUR

Géosciences Rennes
UMR 6118
Université de Rennes1
Campus de Beaulieu
35042 Rennes Cedex

02 23 23 60 76



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Français > Les annonces de séminaires et thèses > Causerie Géocontact : Du volcan à l’Atoll : Exemple de la Polynésie Française

Causerie Géocontact : Du volcan à l’Atoll : Exemple de la Polynésie Française

Date  : Mercredi 12 avril 2017, 18 h 30

Titre  : Du volcan à l’Atoll : Exemple de la Polynésie Française

Lieu  : Salle de Conférences de l’OSUR (Bât. 14 B, RdC)

Résumé  :

L’explication de l’origine des îles de Polynésie française prend en considération les notions de tectonique des plaques et le concept de point chaud (source de magma fixe dans le manteau terrestre).

NAISSANCE D’UNE ILE OCEANIQUE

L’édification d’une île océanique nécessite l’émission de plusieurs milliers de km3 de laves. Son développement en milieu sous marin, puis aérien, doit se faire rapidement car, dans un schéma simple de point chaud et compte tenu de la vitesse élevée de dérive de la plaque pacifique (11 cm/an), elle ne dispose que de 2 millions d’années environ pour s’édifier et émerger avant de quitter définitivement la zone d’alimentation magmatique.

DU VOLCAN A L’ATOLL

Pendant ce voyage, l’édifice volcanique a tendance à s’enfoncer, phénomène dû à la flexure de la croûte océanique sous le poids de l’île.
Vers la fin de l’activité volcanique, des organismes constructeurs (coraux et algues calcifiées) prolifèrent autour du volcan émergé et édifient un récif corallien. Pour proliférer, les constructeurs coralliens doivent se maintenir au voisinage du niveau de la mer et avoir des conditions de salinité et de températures particulières.
Ces formations coralliennes vont peu à peu ceinturer l’édifice volcanique qui continue de s’enfoncer, pour former un atoll qui représente le stade ultime des îles océaniques.
L’archipel de la Société sert d’exemple à cette démonstration car, partant de Méhétia (point chaud), en passant successivement par Tahiti, Moorea, Huahiné, Raiatea, Tahaa, Bora-Bora et Maupiti, cette évolution depuis le point chaud jusqu’à l’atoll est démonstrative.
L’archipel des Australes, plus au Sud, est un peu plus compliqué car l’île de Rurutu, au cours de ce voyage initié à partir du point chaud Mac Donald, est surélevée car passée au dessus d’un point chaud supplémentaire.
Les études récentes (2012, 2016) ont montré que l’archipel des Marquises, plus au Nord, est généré par deux points chauds.
Ces études permettent de discuter un modèle manteau – points chauds.