Logo Geosciences

Partenaires

CNRS
Logo Rennes1
Logo OSUR
Logo Doc OSUR

Géosciences Rennes
UMR 6118
Université de Rennes1
Campus de Beaulieu
35042 Rennes Cedex

02 23 23 60 76



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Français > Les équipes > Biodiversité : interactions, préservation, évolution (BIPE)

Biodiversité : interactions, préservation, évolution (BIPE)

Membres :

Néraudeau Didier (PR), Courville Philippe (MC), Perrichot Vincent (MC), , Vullo Romain (CR)
Sont associés aux recherches de l’équipe BIPE les chercheurs libres Gérard Breton (Le Havre) et Christine Strullu (Angers), qui étudient respectivement les crustacés et mollusques crétacés (G.B.) et les plantes terrestres du Paléozoïque supérieur et du Paléogène.
Didier Bert, Directeur de la réserve géologique des alpes de Haute-Provence est également associé à l’équipe BIPE. Il travaille sur les ammonites du Crétacé.

Thésards :
- Matthieu LE COULS sous la co-direction de Philippe Courville et Didier Néraudeau. Sujet : les flores du Jurassique moyen et supérieur de France.
- France POLETTE sous la co-direction de Didier Néraudeau et David BATTEN (Aberystwyth University, UK). Sujet : Enregistrement palynologique de l’évolution de la flore au Crétacé en France

Publications de l’équipe .

Grands thèmes de recherche :

évolution des ammonites, des échinides, des insectes, des trilobites, et des plantes terrestres. Reconstitutions des paléoenvironnements marins du Paléozoîque inférieur, du Jurassique, du Crétacé et du Néogène, et des paléoenvironnements forestiers du Crétacé. Sites à préservation exceptionnelle (Lagerstäten) et tout particulièrement les gisements d’ambres fossilifères..

Découvertes majeures :

Via les recherches menées sur l’ambre crétacé de France, et plus généralement sur les gisements à préservation exceptionnelle du Crétacé de l’Ouest de la France, des découvertes fondamentales sur l’évolution des écosystèmes et des organismes forestiers anciens ont été réalisées. Les plus remarquables sont :

- La découverte d’un mammifère fossilisé, vieux de 127 millions d’années , avec ses poils et épines, dans un gisement fossilifère espagnol (Martin, et al., 2015, publié dans la revue Nature, avec la participation de Romain Vullo)



- La découverte de fourmi dotées d’une corne dans l’ambre crétacé (Perrichot, et al. 2016, publié dans Current Biology). La morphologie extrême suggère une écologie déjà très sophistiquée pour cette fourmi-licorne appartenant pourtant à la lignée la plus primitive.
Fourmi-licorne

- la mise en évidence d’un stade de l’évolution des plumes jusqu’alors inédit et démontrant le passage graduel du duvet filamenteux de dinosaures théropodes basaux à des plumes munies d’un axe longitudinal et de barbes latérales chez des dinosaures aviens plus dérivés (Perrichot et al., 2008, publié dans les Proceedings of the Royal Society of London, serie B) ;

Plumes primitives de dinosaure avien dans de l'ambre

- la découverte de champignons divers, dont des formes carnivores, et plus largement de la microcénose d’un sol forestier crétacé (Schmidt 2008 et 2009, publié dans Americal Journal of Botany, mais aussi dans Mycological Research et même dans Science en 2007 ; puis par Girard et al 2008, 2009 dans Journal of Palaeolimnology et Geomicrobiology).

- mise en évidence pour la première fois du piégeage de plancton marin dans de la résine fossile, plancton comprenant des diatomées inédites qui ont restructuré la phylogénie de ces algues et confirmé l’implantation littorale des forêt ambrifères de l’Ouest de la France (Girard et al. 2008 dans les P NAS et Girard et al., 2009 dans Geology) ;

Plancton marin trouvé dans de l'ambre albien terminal de Charentes ; A : diatomée ; B : radiolaire ; C : foraminifère ; D : radiole de larve d'échinoderme

- découverte du plus ancien mammifère marsupial d’Europe, remettant en cause l’origine asiatique ou américaine de ces mammifères (Vullo et al., 2009 publié dans les PNAS) et des plus anciens poils de mammifères préservés en 3D (Vullo et al., 2010 publié dans Naturwissenchaften), déjà modernes au Crétacé moyen ;

Découverte d'un mammifère marsupial primitif en Charentes (étoile rouge) et les hypothèses paléogéographiques qui en découlent

- à la base des résultats précédents il y a la découverte de plusieurs gisements d’ambre fossilifère crétacé (par exemple Néraudeau et al., 2008 dans Cretaceous Research, ou Néraudeau et al., 2009 dans Geodiversitas).

Petite guêpe parasite découverte dans de l'ambre translucide de l'Albien des Charentes

Contrats :

- Action Intégrée PICASSO, financée pour 2005-2006 (coord. Fr. D. Néraudeau) ;
- Projet ANR AMBRACE, financé pour 2008-2009-2010 (coord. D. Néraudeau).

Collaborations majeures (nationales et internationales) :

Sur le plan international, les recherches sur l’ambre sont menées en étroite collaboration avec l’Espagne, l’Allemagne, le Liban et les USA :

- avec l’Espagne : Action intégrée PICASSO en 2005-2006, accueil de chercheur invité, puis de post-doctorant en 2008 et 2009 (C. Soriano) ; envoi d’un jeune chercheur rennais en post-doctorat à Madrid (R. Vullo) en 2008 ;

- avec l’Allemagne : accueil d’une post-doctorante germano-mexicaine (M. Solorzano-Kraemer), sur contrat ANR, en 2009 ; envoi d’un jeune chercheur en post-doctorat Von Humbolt de 18 mois (V. Perrichot) en 2006-2007 ; envoi d’un jeune chercheur en post-doctorat au Senckenberg (V. Girard) en 2010-2011 ;

- avec le Liban : accueil d’un collègue (D. Azar) en professeur invité en 2008 ;

- avec les USA : envoi d’un jeune chercheur en contrat post-doctoral (V. Perrichot) en 2008-2009.

Sur le plan national, les collaborations sont importantes avec les paléontologues du MNHN de Paris, avec les paléobotanistes de Lyon, avec les invertébristes de Dijon et Aix-Marseille.

- Des collaborations sont également fortes dans le réseau national TRANS’TYFIPAL, destiné à réaliser la banque de données des types et figurés d’espèces publiés par les paléontologues français (centralisé à Dijon).

- Enfin, les paléontologues rennais partagent des programmes de recherche avec le Musée d’Angoulême, des entreprises de carriers et de nombreux paléontologues amateurs, notamment dans l’étude de l’ambre avec E. Arnaud, E. Dépré, T. Guyot, T. Lenglet & M. Pétraud.